Nicolas Croce

J'apprends La Photographie

Sans doute la meilleure façon d'apprendre la photo :
Simple, Clair et sans langage technique.

Par Nicolas Croce : photographe et auteur du livre best-seller J’apprends la photographie et l'Essentiel De La Photo.

Vous voulez apprendre la photo ? Découvrez : les Workshops, les Livres, les Formations

Lecture approfondie : comment comprendre et retenir les idées importantes d’un livre

Lors de l’étape précédente, la prélecture, l’objectif était de déterminer le sujet précis traité par l’auteur et la manière dont il organisait le contenu du livre. 

Cette première étape était importante puisqu’elle vous a permis de créer une carte mentale du livre que vous lisez, mais aussi de comprendre si les objectifs de l’auteur correspondaient aux vôtres — et donc si vous deviez lire le livre dans son intégralité, seulement en partie, voir même pas du tout.

Il est maintenant temps de lire le livre de manière approfondie. Cette seconde étape est celle qui vous permettra d’atteindre votre objectif principal, à savoir: 

Comprendre les idées importantes du livre et faire en sorte de les retenir — et, si besoin, de les exploiter dans des projets personnels.

Vous avez du mal à régler votre appareil photo ?

Simple, sans langage technique et accessible aux débutants, mon nouveau livre l'Essentiel De La Photo vous aidera à comprendre le triangle de l’exposition et à sortir du mode auto de votre appareil photo. Il a déjà aidé plus de 7 000 photographes à progresser. C'est le compagnon idéal pour apprendre la photo.

Découvrez-le ici   Mes autres livres

Lecture approfondie : deux phases interdépendantes

La lecture approfondie d’un livre a un double objectif : trouver et comprendre les informations qui vous seront utiles d’une part, et faire en sorte de les exploiter et de les retenir d’autre part.

L’atteinte de ces objectifs se fait en deux phases. Dans un premier temps, il y a la lecture approfondie en elle-même. Phase pendant laquelle vous lisez le livre — ou du moins les parties qui vous intéressent — de manière à comprendre les informations transmises par l’auteur, tout en prenant des notes. Puis, dans un second temps, une fois cette lecture approfondie terminée, vient la phase d’après-lecture au cours de laquelle vous relisez et analysez vos notes.

On serait tenté de croire que la recherche d’informations et la compréhension du texte se font pendant la lecture alors que l’exploitation et la mémorisation des idées se fait dans la phase d’après-lecture, mais ce n’est pas aussi simple que ça.

Une partie de la compréhension se fait après la lecture — par exemple si vous lisez un livre difficile, il vous arrivera parfois de ne comprendre certaines notions que quelques jours après l’avoir terminé.

De même, l’exploitation et la mémorisation des informations commence dès la lecture — par exemple, repérer et marquer les informations importantes au cours de votre lecture vous permettra ensuite de les exploiter plus facilement.

La lecture active

Pendant la première phase, dite de lecture active, votre objectif doit être double : 

  1. Rester engagé avec le texte, c’est à dire être concentré et ne pas lire de façon automatique. C’est le seul moyen de lire efficacement.
  2. Préparer au mieux l’après-lecture, phase pendant laquelle différentes actions vous permettront de clarifier ce que vous avez appris, de l’ancrer dans votre mémoire et de stocker ces informations dans le but de les exploiter pour vos besoins personnels.

Nous avons déjà abordé le sujet de la lecture active dans un article précédent, mais aujourd’hui nous allons aller plus loin. Je vais vous donner des informations supplémentaires et une méthode rigoureuse pour la rendre plus efficace.

L’après-lecture

L’après-lecture regroupe toutes les actions qui seront réalisées une fois que vous aurez terminé votre lecture. En réalité, elle se divise en trois phases distinctes : 

  1. Juste après votre lecture : à cette étape, votre objectif sera de vous assurer que vous avez compris le livre et les arguments de l’auteur, ainsi que de vous forger une opinion à son sujet.
  2. Une quinzaine de jours après votre lecture : il sera temps de transférer vos notes et de faire en sorte de pouvoir les exploiter.
  3. Plusieurs mois après votre lecture — et seulement pour les livres les plus intéressants : reprendre votre travail à la recherche de nouvelles idées et connections.

Nous allons aujourd’hui nous intéresser à la phase de lecture en elle-même. L’après-lecture sera quant à elle abordée dans un futur article.

Lecture approfondie : les techniques

Nous l’avons vu il y a quelques instants, l’objectif de la phase de lecture approfondie est double : 

  1. Rester engagé avec le texte, et
  2. préparer au mieux l’après-lecture.

Ces deux objectifs peuvent vous paraitre abstraits mais nous pouvons les atteindre en utilisant trois techniques, qui elles sont concrètes et facilement applicables :

  1. Adaptez votre vitesse de lecture au texte que vous lisez
  2. Prenez des notes pendant votre lecture
  3. Lisez de manière critique, en vous posant les bonnes questions

Voyons en détail chacune de ces techniques :

Adaptez votre vitesse de lecture au texte que vous lisez

Pendant la phase de lecture approfondie, il est important de vous rappeler que vous pouvez — je dirais même plus : que vous devez — faire varier votre vitesse de lecture en fonction de ce que vous lisez.

Plus vous lisez vite, moins vous comprenez ce que vous lisez. Plus vous lisez doucement, mieux vous comprenez, mais plus vous perdez de temps. Vous devez donc choisir avec attention votre vitesse de lecture.

Lire l’intégralité d’un livre lentement et attentivement vous ferait perdre beaucoup de temps — et serait ennuyeux et inutile. Au contraire, lire l’intégralité d’un livre très rapidement limiterai votre compréhension et vous ferai passer à côté d’informations importantes.

L’idée est donc d’adapter consciemment votre vitesse de lecture au texte que vous lisez. A chaque début de livre, à chaque début de chapitre, à chaque début de paragraphe même, demandez-vous à quelle vitesse vous devez le lire.

Votre décision se fera en fonction de 3 critères : 

  1. Plus un texte vous intéresse, plus vous le lirez lentement et attentivement
  2. Plus un texte est compliqué, plus vous ralentirez votre lecture et prendrez le temps de le comprendre
  3. Plus vous maitriserez un sujet, plus vous pourrez vous permettre d’accélérer votre lecture. A l’inverse, si vous ne maitrisez pas un sujet, il faudra le lire plus attentivement pour bien comprendre le vocabulaire et les idées de l’auteur.

Nous avons déjà abordé ce sujet en détail dans un article précédent. Si ce n’est pas parfaitement clair pour vous, je vous invite à le relire : Adapter votre vitesse de lecture pour terminer un livre rapidement, sans rater les informations importantes.

Cette technique vous permettra d’être aussi efficace que possible : prendre le temps de lire doucement et attentivement les passages qui ont de l’intérêt pour vous, sans perdre de temps sur des informations inintéressantes — ou à réapprendre des choses que vous connaissez déjà.

En faisant attention à votre vitesse de lecture, vous serez également plus attentif et plus engagé dans votre texte. Et rappelez-vous que c’est une gymnastique permanente : à chaque chapitre, voir même à chaque paragraphe vous devez vous demander à quelle vitesse lire la suite du texte.

Prenez des notes pendant votre lecture

Prendre des notes pendant votre lecture approfondie vous oblige à être attentif et engagé dans votre texte.

En prenant des notes, vous préparez également l’après-lecture puisque vous pourrez facilement retrouver les informations importantes sans avoir à relire l’intégralité du livre.

Lorsque vous prenez des notes, vous devez repérer tout ce qui attire votre attention ou vous fait réagir — vous devez pour cela être à l’écoute de vos sentiments. Quelques exemples de notes à prendre : 

  • Ce qui est important
  • Ce qui est nouveau
  • Ce que vous voulez retenir
  • Lorsque vous êtes en désaccord avec l’auteur
  • Lorsqu’il y a une connexion avec quelque chose que vous connaissez, un texte que vous avez lu, un autre auteur ou une autre personne, un projet sur lequel vous travaillez, etc.
  • Quand vous voulez approfondir un sujet et mener des recherches, acheter un livre cité par l’auteur, découvrir un personnage ou une histoire.

Généralement, lorsque je prends des notes :

  • Je souligne les phrases ou les mots qui me semblent importants.
  • S’il s’agit d’un passage plus long, je le repère en traçant un trait vertical dans la marge à partir de sa première ligne et jusqu’à sa dernière.
  • Si j’ai une remarque, une idée ou un commentaire, je le note dans la marge — on appelle cette pratique « Marginalia ». Lire à ce sujet l’article « Lecture active : la méthode pour tirer tous les bénéfices de vos lectures ».

La prise de notes n’est pas un système rigide. Chaque livre est unique et nécessite des notes différentes. Chacun de vos projets est unique et nécessite des notes différentes. Chacun d’entre-nous est différent, et prendra des notes différentes. Le système que je vous explique n’est qu’une suggestion. Inspirez-vous en, mais c’est à vous, avec l’expérience, de trouver le système qui vous convient.

Quoi que vous fassiez, le plus important est de rester engagé avec votre texte, c’est à dire de ne pas le lire passivement, machinalement. Ayez toujours un stylo dans la main lorsque vous lisez et surtout : servez-vous en.

Autre remarque : vos notes seront toujours un travail en cours. A chaque relecture d’un livre, elles évolueront. Vous ajouterez de nouveaux commentaires, vous repérerez de nouveaux passages intéressants, vous aurez de nouvelles idées — Le contenu du livre ne change pas, mais vous, entre deux lectures, vous évoluez.

Combien de notes devez-vous prendre ? Il n’y a pas de règle de ce côté là et ça peut être très variable — d’une dizaine à plusieurs centaines. Le nombre de notes que vous prenez est généralement un bon indicateur de la qualité d’un livre. Si vous prenez des notes sur chaque page d’un livre, il est certainement très bon — mais c’est malheureusement trop rare.

Lisez de manière critique : posez-vous des questions

Lorsque vous lisez, ne gobez pas bêtement tout ce que vous raconte l’auteur. C’est un humain et, comme vous, il a des biais cognitifs1 et des lacunes dans ses connaissances.

Vous devez toujours garder un esprit critique, comme si vous aviez des doutes à propos de ce que vous dit l’auteur.

Sachez que dans un livre, même si ça ne saute pas toujours aux yeux, l’auteur essaye de vous convaincre de quelque chose. Il a une idée, une opinion à propos d’un sujet, une méthode avec laquelle il pense avoir résolu un problème et, à travers son livre, il essaye de vous convaincre qu’il a raison.

Vous devez prendre du recul, analyser ce qu’il dit, les arguments qu’il avance, le raisonnement qu’il suit, et toujours vous demander s’il a raison et si vous êtes d’accord avec lui. En fonction de cela, vous déciderez — ou pas — d’appliquer ses conseils ou d’adhérer à sa thèse.

Dans son livre « How to read a book », Mortimer Adler nous conseille de toujours garder 4 questions à l’esprit lorsque nous lisons : 

  1. Quel est le sujet abordé par l’auteur, quel est son point de vue à ce sujet, de quoi veut-il nous convaincre ?
  2. Quels sont les idées, les arguments ou les outils avancés par l’auteur ? Dans quel ordre sont-ils présentés ? Quelle relation existe-t-il entre eux ? 
  3. Le livre est-il vrai ? Entièrement ou partiellement ? Manque-t-il des choses ? Vous ne pouvez répondre à ces questions qu’après avoir répondu aux premières. Vous ne devez pas gober ce que dit l’auteur, mais vous faire votre propre opinion et pour cela vous devez prendre du recul et vous poser cette question.
  4. Comment aller plus loin ? Quels livres lire pour approfondir le sujet, quels auteurs ou personnages découvrir ? Quels sujets connexes approfondir ? Le texte regorge d’indices, trouvez-les et mettez-les en avant dans vos notes.

Mortimer Adler justifie ces questions ainsi : 

Lire un livre devrait être une conversation entre vous et son auteur. Normalement, il en sait d’avantage que vous à propos du sujet — si ce n’est pas le cas, vous ne devriez pas perdre de temps à lire son livre. Comprendre est une opération à double-sens : l’élève doit se poser des questions personnelles et également en poser à son enseignant. Il doit même chercher à débattre avec lui, une fois qu’il comprend ce que l’enseignant veut dire. Prendre des notes dans un livre doit être une expression de vos accords ou désaccords avec l’auteur — c’est le meilleur moyen de lui témoigner votre respect.

Lire de manière critique vous obligera à rester engagé avec votre texte, puisque vous devez en permanence chercher des indices pour répondre à ces quelques questions.

Questions qui vous permettront de préparer l’après-lecture, puisqu’une grosse partie de votre travail à cette étape là sera justement d’y répondre précisément — on y reviendra dans un futur article.

Conclusion

Après la prélecture, la phase de lecture approfondie est donc constituée de deux étapes : la lecture approfondie en elle-même et l’après-lecture.

Pour être efficace, au cours de votre lecture approfondie, vous devez :

  1. Adapter votre vitesse de lecture au texte que vous lisez
  2. Prendre des notes
  3. Lire de manière critique, en vous posant les bonnes questions

Ces trois techniques vous permettront de rester engagé avec votre texte et de préparer au mieux la phase d’après-lecture, phase que nous aborderons dans le prochain article que je publierai dans cette série dédiée à la lecture.

Notes   [ + ]

1. Les biais cognitifs : Face à un évènement ou à un problème, deux personnes peuvent réagir différemment et prendre des décisions différentes. Ceci montre que notre cerveau ne réagit pas à la vérité, mais à l’interprétation que nous en faisons — en d’autres termes, à notre vision du monde. Chaque information qui entre dans notre cerveau, chaque décision qui en émane, sont soumises à cette distorsion de la réalité que les psychologues appellent « Biais cognitif ». Tout le monde a des biais cognitifs — qui sont différents en fonction de vos expériences, de vos connaissances, de votre environnement, etc. Ils influencent nos décisions — parfois négativement. Un exemple de biais cognitif : nous sommes attirés par les détails qui confirment nos propres croyances préexistantes. Si je pense que les conducteurs de Citroen conduisent mal, j’aurais tendance à repérer leurs erreurs pour confirmer ma croyance. En quelque sorte, ce que je pense devient ce qui est vrai pour moi — mais ce n’est pas obligatoirement la réalité. N’importe quel auteur a lui aussi des biais cognitifs. Sa réalité n’est pas la votre. Ni sa réalité ni la votre ne représentent la réalité absolue. Votre rôle est de rester aussi neutre que possible et de confronter vos croyances et vos connaissances aux siennes. Si le sujet vous intéresse, voici une liste des biais cognitifs regroupés par thèmes : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/16/The_Cognitive_Bias_Codex_%28French%29_-_John_Manoogian_III_%28jm3%29.svg?uselang=fr