Nicolas Croce

J'apprends La Photographie

Sans doute la meilleure façon d'apprendre la photo :
Simple, Clair et sans langage technique.

Par Nicolas Croce : photographe et auteur du livre best-seller J’apprends la photographie et l'Essentiel De La Photo.

Vous voulez apprendre la photo ? Découvrez : les Workshops, les Livres, les Formations

Comprendre l’exposition en photographie [Et accessoirement maitriser son bronzage]

L’exposition, en photographie, fait souvent peur aux débutants.

Pourtant, bien expliqué, c’est très simple à comprendre.

Un peu de théorie pour commencer

Je commence par un petit peu de théorie, pour vous familiariser avec certains termes fréquemment utilisés en photographie. Cette première partie risque de vous sembler un peu compliquée mais ne vous en faites pas : le paragraphe suivant vous permettra de mieux comprendre. Faites quand même l’effort de lire en entier ce premier paragraphe. Au besoin, si vous ne comprenez pas tout, vous y reviendrez ensuite.

Le principe de la photo est simple : quand vous prenez une photo en appuyant sur le déclencheur de votre appareil photo, de la lumière entre dans votre boitier et le capteur de votre appareil photo l’enregistre pour ensuite la transformer en image.

L’exposition d’une photo, c’est la quantité de lumière qu’enregistre votre capteur.

Vous avez du mal à régler votre appareil photo ?

Simple, sans langage technique et accessible aux débutants, mon nouveau livre l'Essentiel De La Photo vous aidera à comprendre le triangle de l’exposition et à sortir du mode auto de votre appareil photo. Il a déjà aidé plus de 7 000 photographes à progresser. C'est le compagnon idéal pour apprendre la photo.

Découvrez-le ici   Mes autres livres

Si votre capteur n’enregistre aucune lumière, vous obtiendrez une photo noire.

S’il en enregistre un peu plus, la photo sera trop sombre. On dit qu’elle est sous-exposée.

S’il enregistre la bonne quantité de lumière, votre photo sera correctement exposée.

S’il enregistre un peu trop de lumière, votre photo sera un peu trop claire. On dit qu’elle est sur-exposée.

Enfin, si votre capteur enregistre beaucoup trop de lumière, le résultat sera une photo entièrement blanche.

A gauche, photo sur-exposée. Au centre, exposition normale. A droite, photo sous-exposée.
A gauche, photo surexposée. Au centre, exposition normale. A droite, photo sous-exposée.

Le but lorsque vous prenez une photo est donc de savoir comment obtenir une exposition correcte ; donc contrôler la quantité de lumière que votre capteur enregistre.

Jusque là, rien de très compliqué. On continue donc avec un peu plus de technique :

Trois facteurs influencent la quantité de lumière qu’enregistre votre capteur lorsque vous prenez une photo : l’ouverture de votre objectif, la vitesse d’obturation de votre boitier et la sensibilité du capteur photo. On parle de triangle de l’exposition.

L’ouverture, notée f/x.x (par exemple f/2.0) est la taille de l’ouverture qui laisse pénétrer la lumière à l’intérieur de votre boitier. Cette ouverture est appelée Diaphragme et peut être plus ou moins large pour laisser passer plus ou moins de lumière.

La vitesse d’obturation, c’est le temps pendant lequel votre capteur enregistre la lumière. En photographie, il peut varier de quelques millièmes de secondes à plusieurs secondes.

Enfin, la sensibilité représente la capacité du capteur à enregistrer la lumière. Si sa sensibilité est faible, il enregistre peu de lumière en un laps de temps donné. Au contraire, si sa sensibilité est plus élevée, il enregistre plus de lumière en un même laps de temps. Cette sensibilité est mesurée par les ISO.

Ces trois paramètres peuvent bien entendu être réglés. En mode automatique, l’appareil les règle pour vous. En tant que photographe, vous vous devez de décider de ces réglages pour contrôler le rendu de vos photos.

Vous apprendrez tout ça un peu plus tard. Pour l’instant, voici de quoi démystifier la complexité de l’exposition d’une photo :

L’exposition, c’est comme le bronzage !

Imaginez-vous allongé sur une plage du sud de la France, à 14h, en plein mois d’aout.

Vous êtes allongé sur le ventre, le dos tourné vers le soleil.

On place au dessus de vous une grande boite en carton dans laquelle il fait complètement noir.

Sur le dessus de cette boite en carton se trouve une ouverture, fermée par un autre morceau de carton, qui peut coulisser pour fermer ou ouvrir l’ouverture.

Ça demande un peu d’imagination, je sais, mais vous allez vite comprendre pourquoi vous vous retrouvez dans cette situation un peu grotesque.

  • Le carton représente le boitier de votre appareil photo.
  • Votre dos, représente le capteur de votre appareil photo. Plus il reçoit de lumière, plus il bronze.
  • Le morceau de carton coulissant représente le diaphragme de votre appareil photo.

Voyons maintenant ce que représente chaque élément composant le triangle de l’exposition. Rappelez-vous : l’exposition de votre photo est déterminée par l’ouverture de votre objectif, la vitesse d’obturation de votre boitier, et la sensibilité du capteur photo.

L’ouverture de votre objectif, c’est tout simplement la taille du trou dans le carton qui laisse entrer la lumière à l’intérieur. Plus il est ouvert, plus il y a de lumière qui rentre. Et plus il y a de lumière, plus vous bronzez vite.

La vitesse d’obturation, c’est le temps pendant lequel on va laisser le trou du carton ouvert. Plus on laissera le trou ouvert, plus vous aurez le temps de bronzer.

Enfin, la sensibilité du capteur, c’est la capacité de votre peau à prendre le soleil. Prenez une personne à la peau très blanche, prenez une autre personne qui à la peau noire, mettez les en plein soleil pendant quelques heures et vous comprendrez ce que veut dire sensibilité — enfin surtout si vous êtes la personne à la peau très blanche.

La peau blanche est plus sensible : en un même laps de temps et avec la même quantité de lumière qui la touche, elle prendra plus de coup de soleil que la peau noire.

Vous voyez que ce n’est pas si compliqué que ça.

Voyons maintenant ce que signifie “bonne exposition” et comment l’obtenir :

La bonne exposition, c’est le bronzage parfait

La bonne exposition, c’est le bronzage parfait : vous avez un teint bronzé, sans avoir pris de coup de soleil.

Si vous avez pris un coup de soleil, c’est que vous avez reçu trop de lumière. Vous êtes sur-exposé.

Si par contre vous n’êtes pas très bronzé, c’est que vous n’avez pas reçu assez de lumière. Vous êtes sous exposé.

Si vous avez pris un coup de soleil, que pouvez-vous faire pour éviter ce désagrément la prochaine fois que vous vous mettez au soleil ?

Diminuer la quantité de lumière qui a touché votre peau bien sur.

Et pour cela, trois solutions :

  1. Diminuer la taille du trou dans votre carton = Diminuer l’ouverture.
  2. Diminuer le temps d’ouverture de ce trou dans le carton = Augmenter la vitesse d’obturation
  3. Diminuer la sensibilité de votre peau, en l’échangeant contre une peau plus mate, ou plus simplement, en mettant un peu de crème solaire = Diminuer la sensibilité de votre capteur (Les ISO).

Et bien, quand vous prenez une photo, c’est pareil :

Si vous prenez une photo et qu’elle est sur-exposée, pour la suivante, vous pouvez :

  • soit diminuer l’ouverture,
  • soit augmenter la vitesse d’obturation,
  • soit diminuer la sensibilité de votre capteur, pour diminuer la quantité de lumière qui sera enregistrée par votre capteur.

L’exposition et votre vision photographique

Beaucoup de gens me demandent si l’exposition de leurs photos est correcte ou pas.

Il n’y a pas de réponse à cette question.

L’exposition est une histoire de gout, tout comme le bronzage.

Certaines personnes aiment être ultra bronzées, d’autres préfèrent avoir la peau simplement halée et d’autres encore aiment avoir une peau très pale.

En photo, c’est pareil. Certaines personnes préfèrent les photos légèrement sur-exposées, d’autres sous-exposées.

L’exposition doit également s’adapter au message et aux sentiments que vous voulez transmettre à travers vos photos. Si vous voulez une ambiance lugubre, vous aurez tendance à sous-exposer, pour avoir un rendu sombre. Si vous voulez une ambiance onirique, au contraire, vous aurez tendance à surexposer légèrement vos photos.

Autre chose concernant votre vision photographique :

Chaque réglage abordé dans le triangle de l’exposition, en plus de modifier l’exposition, aura également une influence sur le rendu de votre photo.

  • L’ouverture aura une influence sur la profondeur de champ.
  • La vitesse d’obturation aura une influence sur les mouvements des objets que vous photographiez.
  • La sensibilité aura une influence sur le bruit et la netteté de vos photos.

Si vous débutez et que vous avez encore du mal avec le triangle de l’exposition ou que vous n’utilisez que le mode automatique de votre appareil, j’ai créé une formation qui vous permettra, en quelques semaines seulement, de maitriser la technique dont vous avez besoin pour réussir toutes vos photos — cet article en est d’ailleurs un extrait.

Si vous voulez enfin comprendre comment régler correctement votre appareil photo pour réussir toutes vos photos, vous pouvez vous inscrire en cliquant sur le lien suivant : Formation : sortir du mode auto et réussir toutes vos photos.