Nicolas Croce

J'apprends La Photographie

Sans doute la meilleure façon d'apprendre la photo :
Simple, Clair et sans langage technique.

Par Nicolas Croce : photographe et auteur du livre best-seller J’apprends la photographie et l'Essentiel De La Photo.

Vous voulez apprendre la photo ? Découvrez : les Workshops, les Livres, les Formations

Comment obtenir une faible profondeur de champ sur vos photos ?

Nous avons vu hier que le flou de profondeur de champ était un outil extrêmement utile et efficace pour améliorer vos photos.

Seulement voila, comment obtenir une faible profondeur de champ sur vos photos ?

En réalité, c’est assez simple :

Choisir le bon matériel

Obtenir une faible profondeur de champ commence par le choix du matériel. Si vous avez plusieurs objectifs ou même plusieurs appareils photos, vous devez choisir :

  • Le boitier qui a le plus grand capteur : plus un capteur est grand, plus il vous permettra d’obtenir de faibles profondeurs de champ. Avec un capteur plein format, vous obtiendrez une profondeur de champ plus faible qu’avec un capteur APS-C, et encore plus faible qu’avec un capteur micro 4/3. Donc, plus votre capteur sera grand, plus vous pourrez obtenir de faibles profondeurs de champ.
  • L’objectif qui a la plus grande ouverture : l’ouverture d’un objectif vous permet de jouer sur la profondeur de champ. Plus cette ouverture sera grande, plus la profondeur de champ obtenue sera faible. Vous obtiendrez donc une plus petite profondeur de champ en utilisant une ouverture de f/1.7 qu’une ouverture de f/8 par exemple. Si vous avez plusieurs objectifs, vous devez donc choisir celui qui vous permettra d’obtenir une plus grande ouverture. (Si cette notion d’ouverture et de profondeur de champ n’est pas claire pour vous, je vous conseille de télécharger gratuitement mon livre L’essentiel de la photographie. Tout y est expliqué simplement et sans langage technique).
  • L’objectif qui a la plus grande longueur focale : la longueur focale que vous utilisez influence la profondeur de champ. Plus elle est longue et plus vous obtiendrez une faible profondeur de champ. Si vous avez plusieurs objectifs, préférez donc un télé-objectif à un grand angle. Attention cependant, un télé-objectif trop puissant vous obligera à vous tenir loin de vos sujets pour pouvoir faire votre cadrage comme vous le voulez, ce qui n’est pas toujours pratique.

“D’accord, mais j’ai plusieurs objectifs et appareils et les caractéristiques se chevauchent un peu. Quel paramètre entre capteur, ouverture et longueur focale choisir en priorité ?”

Vous avez du mal à régler votre appareil photo ?

Simple, sans langage technique et accessible aux débutants, mon nouveau livre l'Essentiel De La Photo vous aidera à comprendre le triangle de l’exposition et à sortir du mode auto de votre appareil photo. Il a déjà aidé plus de 7 000 photographes à progresser. C'est le compagnon idéal pour apprendre la photo.

Découvrez-le ici   Mes autres livres

Bonne question. Tout d’abord, je pense que chaque photographe a ses préférences. Un photographe peut être plus à l’aise avec tel type de boitier plutôt que tel autre, préférer travailler avec telle longueur focale plutôt qu’avec telle autre, etc.

Mais voici mon avis sur la question. Si vous prévoyez de travailler avec une faible profondeur de champ :

  1. Choisissez le boitier qui a le plus grand capteur. Vous obtiendrez des photos de meilleure définition et la différence de profondeur de champ que vous pourrez obtenir selon la taille de votre capteur est assez importante.
  2. Choisissez ensuite une longueur focale en fonction de votre sujet et de votre style. Si c’est pour de la photo de rue par exemple, vous n’allez pas vous balader avec un téléobjectif de 300mm. C’est sur que vous obtiendriez une faible profondeur de champ, mais vous ne seriez vraiment pas discret, ressembleriez à un paparazzi, et vous risqueriez d’avoir des problèmes avec les gens que vous photographiez qui auraient l’impression d’être espionnés à leur insu. Dans ce cas, mieux vaut choisir une focale de 50mm ou plus courte, même si elle ne vous permet pas d’obtenir d’aussi faibles profondeurs de champ qu’un 200mm.
  3. Enfin, une fois que vous avez une idée de la longueur focale dont vous avez besoin, choisissez l’objectif qui vous permettra la plus grande ouverture.

Avec l’habitude, vous comprendrez quel matériel est le plus adapté à ce que vous voulez faire et ce choix deviendra naturel.

Régler votre appareil

Vous avez donc choisi votre matériel, il est maintenant temps de le régler.

Le triangle de l’exposition est constitué de 3 paramètres : ouverture, temps de pose et sensibilité ISO.

Vu que vous voulez contrôler la profondeur de champ, votre paramètre prépondérant sera l’ouverture — nous l’avons vu, c’est en jouant sur l’ouverture que vous modifiez la profondeur de champ. Et pour contrôler l’ouverture, le mode le plus simple à utiliser est le mode A (ou mode Av).

Pour obtenir une faible profondeur de champ, vous allez donc choisir le mode A (priorité ouverture), puis régler la plus grande ouverture possible (c’est à dire le chiffre f/ le plus petit possible, f/1.7 par exemple). Votre boitier se chargera alors de choisir un temps de pose adéquat pour que votre photo soit correctement exposée.

Positionner votre sujet

Vous avez choisi le bon matériel, vous l’avez réglé, que reste-t-il à faire maintenant ? A positionner votre sujet.

Et de ce côté là, deux choses sont à prendre en compte :

  1. La distance entre vous et le sujet : plus vous serez proche de votre sujet, plus la profondeur de champ que vous obtiendrez sera faible. En d’autres termes, si après avoir choisi votre matériel et réglé votre appareil vous n’obtenez pas une profondeur de champ assez faible à votre gout, rapprochez-vous de votre sujet.
  2. La distance entre votre sujet et l’arrière-plan : et si, même en vous rapprochant de votre sujet, l’arrière-plan reste trop présent, faites alors en sorte d’augmenter la distance entre votre sujet et cet arrière plan. Cette dernière action ne modifiera pas votre profondeur de champ, mais elle fera que votre arrière-plan sorte de la zone de netteté et ainsi devienne flou.

Faites attention à votre mise au point

Lorsque vous travaillez avec des faibles profondeurs de champ, faites bien attention à votre mise au point : elle doit être précise.

Selon le matériel que vous utilisez, les réglages que vous effectuez et la façon dont vous placez votre sujet, vous pouvez obtenir une profondeur de champ qui ne mesure que quelques centimètres. Il sera alors primordial de faire une mise au point à l’endroit exact où vous le désirez. Pour cela :

  • N’utilisez qu’un seul collimateur de mise au point et désactivez toutes les fonctions “intelligentes” de mise au point.
  • Déplacez votre collimateur dans votre cadre pour qu’il soit à l’endroit exact où vous voulez faire votre mise au point et évitez de recadrer votre photo après avoir fait votre mise au point. Votre mise au point sera ainsi plus précise que si vous laissiez votre collimateur au centre de votre cadre pour faire votre mise au point puis recadrer votre photo avant de déclencher. Cette seconde méthode est plus rapide, certes, mais moins précise. A vous de choisir laquelle utiliser en fonction des sujets que vous photographiez. Si un modèle pose pour vous, choisissez la première. Si vous photographiez des inconnus qui marchent dans la rue, choisissez la seconde.
  • Si votre profondeur de champ est vraiment faible, vous devrez alors utiliser un trépied pour vous assurer que votre appareil ne bouge pas entre le moment où vous faites votre mise au point et le moment où vous déclenchez. Le moindre mouvement (mouvement d’avant en arrière mais aussi mouvement de bascule de votre appareil) peut gâcher votre mise au point si la profondeur de champ est vraiment faible — de l’ordre de quelques centimètres ou moins.

Les autres types de flou

Avec ces quelques conseils, vous arriverez très facilement à obtenir de faibles profondeurs de champ sur vos photos et pourrez alors l’utiliser pour améliorer vos compositions.

Nous avons parlé du flou de profondeur de champ ces derniers jours, nous avons vu ses avantages et comment réduire la profondeur de champ que vous obtenez, mais n’existe-t-il pas d’autres types de flous ? Et ces autres types de flous ne sont-ils pas tout aussi intéressants que le flou de profondeur de champ ?

Oh que si ! Il existe d’autres types de flous, et ils sont également des outils indispensables à tout bon photographe.

On voit tout ça ensemble dès demain, dans le prochain article que je publierai ici même sur le blog.

Pour être certain de ne pas le rater, et si ce n’est pas encore fait, pensez à vous abonner en cliquant ici.